00223 20 29 70 21 cdroitdelhomme@gmail.com

La CNDH a été saisie par un plaignant nommé Siaka CAMARA, un jeune immigré malien vivant en Guinée Equatoriale. C’était à Bamako, le 22 juin 2020 au siège de la CNDH. Ce dernier a été victime d’arnaque sur son porte-monnaie Orange money. Voici le contenu de son témoignage :

« Avant mon départ pour l’immigration en Guinée Equatoriale, j’avais acheté une puce Orange enregistrée en mon nom propre. Arrivé à destination, j’ai aussitôt trouvé un emploi en qualité de mécanicien dans un garage Chinois. Après quelques mois, je me suis fait soutirer toute mes économies par des bandits jusqu’à mon domicile. Dès lors, j’ai alors décidé de déposer toutes mes économies sur mon compte Orange money.

En juillet 2019, j’ai constaté que ma puce avait été grillée contenant une somme d’Un million Sept Cent Mille (1.700.000) Fcfa, et avec des unités d’appels à hauteur de cent soixante-quinze mille (175.000) Fcfa. Préoccupé par cette situation, j’ai donc demandé une permission de 15 jours auprès de mon employeur en Guinée Equatoriale, pour venir résoudre le problème à Bamako.

Arrivé à Bamako, je me suis rendu dans une agence Orange Mali pour récupérer ma puce. Sur place, l’agent m’a expliqué que le numéro est enregistré à mon nom et que mon compte Orange money est vide. Par la suite, j’ai entamé plusieurs démarches auprès de la gendarmerie et de la brigade d’investigation, mais sans succès et jusqu’à ce que ma carte de séjour soit expirée, parès 6 mois de va-et-vient.

Un jour en regardant l’ORTM, j’ai vu un spot sur la CNDH. J’ai donc décidé de saisir la Commission afin qu’elle puisse m’aider à résoudre mon problème.

Grâce à leur intervention, j’ai finalement été indemnisé par le service Orange Mali au bout de 3 semaines d’intervention de la CNDH ».

La rédaction