00223 20 29 70 21 cdroitdelhomme@gmail.com

Ce 20 décembre 2020, la Commission Nationale des Droits de l’Homme a pris part à la conférence de lancement de la 5ème édition de la semaine des victimes et dans le cadre de la Célébration de la Journée internationale de la Solidarité humaine, au siège de la Coalition Malienne des Défenseurs des Droits de l’Homme (COMADDH) sis à la cité scolaire à Médina-Coura à Bamako.

Cette conférence de presse a été animée par le Président de la CNDH, Monsieur Aguibou BOUARE, qui a tenu à saluer cette belle initiative de la COMADDH et ses partenaires, qui fait converger annuellement les acteurs des droits humains.

Pour la contingence, il avait à ses côtés le Président de la COMADDH, Monsieur Mohamed El Moctar MAHAMAR et la Présidente du Conseil national des victimes (CNV), Mme Haïdara Aminaï MAIGA.

Après les mots de bienvenue du Président de la CNDH, Mme Haïdara Aminaï MAIGA a procédé à la lecture de son discours, précédé par la lecture d’un communiqué dont le thème s’intitule « Solidarité humaine et droits des victimes » de M. MAHAMAR.

L’objectif général de cette édition, selon ses initiateurs, est de contribuer à la promotion d’un environnement plus respectueux des droits humains, en particulier des droits des victimes des crises qu’a connues le Mali de l’indépendance à nos jours.

Il s’agit aussi pour les acteurs de sensibiliser les populations et les décideurs sur la situation des victimes de violation des droits humains. De même, à travers cette journée, l’idée est de magnifier les victimes et poursuivre les actions instituées à la faveur de la gravité extrême des événements que notre nation a connus, notamment à partir de 2012.

C’est pourquoi l’organisation de cette semaine a pour but, selon ses initiateurs, de créer un environnement favorable aux actions de promotion de leurs droits humains inaliénables tout en tenant compte de la recrudescence d’insécurité, de la pandémie de la COVID-19 et l’émergence de nouvelles formes d’atteintes aux droits humains.

C’est dans cette perspective que la semaine des victimes prévoit de nombreuses activités qui seront animées par des personnalités et des experts dans leur domaine respectif.

Pour sa part, Aguibou BOUARE a indiqué que l’institution de la semaine des victimes participe de la volonté de la société civile à travers la COMADDH de mettre en place un espace de veille citoyen afin de faire des droits humains des victimes, une réalité tangible au Mali, avant de  déclarer ouvertes les activités de la 5ème édition de la semaine des victimes.

http://news.abamako.com/v/67310.html

La Rédaction.