00223 20 29 70 21 cdroitdelhomme@gmail.com

Dans l’affaire d’assassinat des 21 bérets rouges, la justice malienne a décidé d’abandonner les poursuites contre Amadou Haya et ses co-accusés. Dans cette affaire, les accusés et co-accusés ont bénéficié de l’application de la loi d’entente nationale qui a été votée par l’Assemblée Nationale du Mali en 2019.

Le Président de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, M. Aguibou BOUARE, a exprimé sur RFI, toute sa déception face à l’abandon de poursuites contre les accusés et co-accusés de cette affaire.

« Nous avons un sentiment de déception, au goût d’inachevé par rapport à l’exigence de justice et de lutte contre l’impunité. On a empêché la justice de fonctionner. Nous n’avons pas demandé d’acquitter ou de condamner X ou Y, nous avons demandé à ce que la procédure aille à son terme. C’est cela la lutte contre l’impunité. Mais le fait d’invoquer une loi scélérate pour bloquer le processus de justice crée un précédent fâcheux, une jurisprudence malheureuse dans notre pays. Mais, heureusement les voies de recours au plan régional et international subsistent. Donc le temps de la justice et le temps d’un agenda politique ne sont pas les mêmes », a-t-il martelé.

La rédaction