00223 20 29 70 21 cdroitdelhomme@gmail.com

L’Agence des Technologies de l’Information et de la Communication (AGETIC) a abrité le 14 juillet 2021, un atelier de plaidoyer, pour un engagement plus soutenu dans la lutte contre les VBG au Mali. Organisé par la Commission Nationale des Droits de L’Homme (CNDH),  cet atelier voulait constituer un groupe de soutien  en vue d’adhérer à l’initiative; organiser un atelier de mise à niveau sur la rédaction d’un argumentaire de plaidoyer ; entreprendre des démarches auprès des leaders influents, du conseil National de transition et du Gouvernement pour soutenir un plaidoyer pour un engagement dans la lutte contre les VBG au Mali.

 La cérémonie d’ouverture était présidée par la vice-présidente de la CNDH, Me Aissata Founé TEMBELY.

 Plus de trente représentants des confessions religieuses, des organisations de défense de droits de l’Homme, des commissaires et personnel de la CNDH ont pris part à cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre d’un Projet sur les Violences Basées sur le Genre dans les Régions de Kayes, Koulikoro, Segou, Sikasso et Mopti, ainsi que le District de Bamako.

Cette situation des VBG au Mali est alarmante. Pour l’année 2020, dans la seule région de Mopti, plus de 6654 cas ont été signalés au niveau des autorités et des centres de prise en charge. La collecte réalisée récemment dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti et dans le District de Bamako a fait état de 6722 cas dont 658 sur les hommes dans la seule région de Koulikoro.

En vue d’appuyer la CNDH dans son travail, l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) apporte un appui à la CNDH qui vise, entre autres, à renforcer la présence de celle-ci auprès des victimes des VBG, en l’accompagnant dans son rôle consultatif et en contribuant à l’essor d’un environnement de travail sans VBG.

Cet appui s’inscrit dans le cadre du partenariat entre l’OIF et la CNDH du Mali. Il met à profit le mandat, l’expertise et les capacités du partenaire privilégié dans l’objectif d’appuyer la CNDH.

La rédaction