00223 20 29 70 21 cdroitdelhomme@gmail.com

Du 3 au 5 novembre 2021, sur invitation du RINHAD, la CNDH du Mali a participé à la 13ème Conférence Biennale du Réseau des Institutions Nationales Africaines des Droits de l’Homme, à travers son Président Aguibou BOUARE.
La Session, par webinaire, a enregistré la participation d’une trentaine d’INDH membres du Réseau. Le thème portait sur « l’impact de la COVID-19 sur les droits de l’homme en Afrique : le rôle des institutions nationales des droits de l’Homme dans l’offre d’une approche basée sur les droits de l’homme pour un redressement meilleur et durable vers un développement au-delà de la COVID 19 ».


De nombreux panels ont été animés par d’éminents Experts du monde des droits humains ; on peut noter, entre autres: Quel est l’effet social, civil, politique, économique et culturel de la perturbation du COVID-19 sur la santé, l’éducation, l’emploi, les petites et moyennes entreprises; un aperçu de la situation des droits de l’Homme dans le contexte de la COVID-19 en Afrique; approche à la formulation des politiques basée sur les données et les droits de l’homme.


Quatre Groupes de travail ont planché sur différents sujets dont le Groupe II modéré par le Président BOUARE sur « le rôle des des INDH, d’autres acteurs Étatiques et non Étatiques dans l’élaboration et la mise en œuvre de la stratégie de relance post-covid 19, ne laissant personne de côté dans l’Afrique que nous voulons après la pandémie ».
Cette session importante a pris fin sur la présentation et l’adoption de la déclaration de Hararé des INDH.
Il faut relever que la session a enregistré des contributions pertinentes de la Haute Commissaire des Droits de l’Homme Michelle Bachelet.

La rédaction