00223 20 29 70 21 cdroitdelhomme@gmail.com

Dans un communiqué publié, ce mardi 23 novembre 2021, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a exprimé sa vive préoccupation face à la dégradation du climat socio-politique du Mali.

Suite aux écarts de langage intervenus entre le premier ministre de la transition et les acteurs du mouvement démocratique, la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) est montée au créneau.

Dans un communiqué signé par son président M. Aguibou Bouaré, la CNDH se dit préoccupée par la polarisation
des positions entre différentes options stratégiques de gouvernance.

L’Institution chargée de défendre les Droits de l’Homme dénonce à cet effet,les discours et autres slogans discriminatoires qui attisent la haine, la violence et qui constituent une menace à la paix, à la stabilité et à la sécurité.

Par ailleurs, la CNDH, dans ledit communiqué, a salué les autorités pour leur initiative d’ouverture et les encourage à privilégier la vertu du dialogue avec toutes les composantes sociales.

Enfin, se fondant sur la Constitution du 25 février 1992, le Pacte international relatif aux Droits civils et politiques,
la charte africaine des droits de l’homme et des peuples, la CNDH a rappelé l’obligation pour l’État de veiller au respect des Droits et libertés fondamentaux; condamne toute campagne d’incitation à la haine, à l’hostilité, à la discrimination et à la violence. L’institution a aussi rappelé les populations et les médias à leur sens de responsabilité.

C’est pourquoi, dans le communiqué, elle les a invités à s’abstenir des écrits, discours, propos et slogans incitant à la haine, à la division, à la violence et à la discrimination dans le respect de la liberté d’expression et de presse.

Le communiqué de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) se conclut en recommandant l’ouverture d’une enquête indépendante,
crédible, transparente par rapport à toute allégation de violations et d’abus des Droits Humains, plus particulièrement sur
d’éventuels cas de disparitions forcées, d’arrestations et de détentions arbitraires ainsi que leurs tentatives.

Par Demba KONTÉ (Nouvel Horizon)