La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) reste préoccupée face aux menaces sérieuses pesant sur l’exercice de certains droits civiques et politiques, notamment les libertés d’opinion, d’expression et de presse, le respect de l’intégrité physique. Elle fustige les actes d’enlèvement et de disparitions forcées, dont le plus récent date du 06 avril courant, relatif à l’allégation de disparition forcée de Monsieur Aliou TOURE, Directeur de publication du journal « Le Démocrate », fort heureusement retrouvé.

Aussi, se fondant, entre autres, sur la Constitution du 25 février 1992, la Charte de la Transition du 1er octobre 2020 (modifiée), le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre la disparition forcée du 23 décembre 2010, la CNDH :

  • se réjouit que Monsieur TOURE ait réapparu dans la nuit du 09 avril courant ;
  • condamne tout acte d’enlèvements, de disparitions forcées, d’arrestations et détentions arbitraires ;
  • rappelle l’obligation pour l’Etat de veiller au respect des droits et libertés ci-dessus mentionnés, conformément à la réglementation, en tout temps, en tout lieu et en toute circonstance ;
  • rappelle que l’exercice des droits civiques et politiques ci-dessus évoqués constitue l’essence d’un Etat démocratique respectueux des droits de l’Homme.

Pour la CNDH, la protection des droits de l’Homme est une responsabilité partagée.

                               

Bamako, le 11 avril 2023

                                                                                                   

Le Président

                                                                                                   

Monsieur Aguibou BOUARE                                                                                                                    

Chevalier de l’Ordre National