La Commission Nationale des Droits de l’homme (CNDH) suit avec une attention soutenue l’évolution du processus électoral, en général, de la campagne référendaire, en particulier.

Aussi, se fondant, entre autres, sur la Constitution du 25 février 1992, la Charte de la Transition du 1er octobre 2020 (modifiée), le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, la CNDH :

– rappelle le respect du droit des populations à participer à la gestion des affaires publiques soit directement soit par l’intermédiaire de leurs représentants légitimes ;

– encourage le Gouvernement à poursuivre l’organisation des opérations électorales dans le respect du cadre légal et de l’inclusivité ;

– appelle l’attention du Gouvernement sur l’obligation de respecter et de faire respecter les droits fondamentaux indispensables à des élections libres, crédibles, transparentes notamment les libertés d’opinion, de culte, d’expression et de presse ;

– invite le Gouvernement à redoubler d’efforts pour la sécurisation des personnes et leurs biens au cours de ce processus 

-appelle les acteurs politiques, les leaders religieux et les populations au calme et à la cohésion sociale afin d’éviter à notre pays d’autres troubles porteurs d’abus et de violations des droits humains ;

– appelle les médias et autres utilisateurs des réseaux sociaux à s’abstenir des écrits, discours, propos, slogans incitant à la haine et à la violence. 

Pour la CNDH la protection des droits de l’homme est une responsabilité partagée. 

                                                                                        

Bamako, le 12 juin 2023

                                                                                                              

Le Président

Monsieur Aguibou BOUARE

Chevalier de l’Ordre National