La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), dans le cadre de la mise en œuvre de son mandat de promotion des droits de l’Homme, a organisé, le 25 janvier 2024 dans la salle de conférence du conseil de cercle de Kangaba, une campagne de sensibilisation et d’information. Cette campagne a pour thème : « l’éducation environnementale chez les enfants et les jeunes dans les établissements scolaires et universitaires et cela en lien avec les droits de l’homme ». Elle a été organisée avec l’appui financier de son partenaire stratégique le Fonds d’Appui aux Moteurs du Changement (FAMOC).

L’objectif principal de cette campagne est d’améliorer l’accès et la qualité de l’éducation et du système de communication et d’information des citoyens aux bonnes pratiques environnementales en lien avec les droits de l’homme.

Cette campagne visait spécifiquement à familiariser les professeurs et étudiants aux concepts relatifs à l’environnement sain, propre et sûr ; améliorer chez les étudiants et élèves les savoirs nécessaires à l’adoption de règles de gestion d’un environnement sain, propre et dans un contexte de changement climatique.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le premier adjoint au préfet de Kangaba, M. Moussa SAGARA qui était avec le maire de la commune rurale de Kangaba, M. Mamby KEITA,  le président de la sous-commission promotion des droits de l’Homme de la CNDH, M. Thierno Hady THIAM et le président du groupe de travail « Droits de l’Homme et environnement », M. Mamadou TIERO. La session était animée par un expert environnementaliste, Abdramane DEME.

Dans son allocution M. SAGARA a souligné que cette activité de la CNDH cadre parfaitement avec la politique de développement du gouvernement. Il a enfin recommandé à la CNDH de faire un plaidoyer pour la création des modules sur « droits de l’Homme et environnement » au niveau des enseignements secondaires, techniques, professionnels et universitaires.

Une centaine d’étudiants, et autres membres de la société civile ont pris part à cette session de sensibilisation. A la fin de la rencontre, ils ont recommandé à la CNDH d’étendre cette activité à d’autres localités touchées par l’orpaillage.

Il faut noter qu’au Mali, les activités pédagogiques en lien avec l’éducation environnementale se déroulent dans les écoles primaires et secondaires mais le plus souvent, en marge des programmes scolaires officiels. À ce rythme, les élèves ne sont pas bien informés par rapport aux mesures qui s’imposent pour une meilleure protection de l’environnement d’où l’intérêt de la mise à en place de ce programme de sensibilisation et d’information à l’endroit des élèves et étudiants.

Cellule de communication/CNDH