La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) a appris avec une profonde affliction l’attaque perpétrée, le lundi 1er Juillet 2024 aux environs de seize (16) heures, par des présumés terroristes contre les populations civiles dans les Villages de Djiguibombo, Commune rurale de Doucombo et de Sokorokanda dans la Commune rurale de Diallassagou, Région de Bandiagara.

L’Institution nationale des droits de l’Homme s’incline devant la mémoire des disparu(e)s.

Sur le fondement de la Constitution du 22 juillet 2023, du Pacte international relatif aux Droits Civils et Politiques, de la Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, et les Conventions de Genève relatives au Droit international humanitaire, la CNDH :

  • condamne avec fermeté ces attaques barbares et ignobles ;
  • rappelle à l’Etat sa responsabilité première de protéger les populations civiles et leurs biens ;
  •  recommande au Gouvernement de poursuivre le renforcement des mesures de défense et de sécurité ;
  • invite les autorités à rechercher, identifier et traduire en justice les auteurs, commanditaires et complices de ces abus graves des droits humains et au droit international humanitaire ;
  • réitère son soutien aux forces de défense et de sécurité du Mali dans leur lutte implacable contre les terroristes, en conformité avec les droits de l’Homme et le droit international humanitaire ;
  • invite les populations à plus de collaboration avec les Forces de défense et de sécurité.

Pour la CNDH, la protection des droits de l’Homme est une responsabilité partagée.

Bamako, le 05 juillet 2024

Le Président

Monsieur Aguibou BOUARE                                                                                                                    

Chevalier de l’Ordre National